psychologie positive

Le Bien

L’art des bonnes résolutions

carnet-voyage
views
1077

L’an dernier, 1er janvier 2017, j’avais débuté la nouvelle année sans bonnes résolutions bien définies. A vrai dire, je démarre les nouvelles années toujours ainsi. Pas du tout en me contraignant dès la 1e heure d’une nouvelle aube mais plutôt en lançant des voeux par ci par là pour moi et mes proches. Des voeux de santé, beaucoup, d’éclats de rires, de bonheur absolu et de voyages infinis.

Si vous tapez « bonnes résolutions » dans Google, vous trouverez des centaines d’articles sur l’art de la résolution. Comment les prendre, comment les tenir et qu’en faire une fois le mois de janvier touchant à sa fin ?
Personnellement, la première question qui me vient à l’esprit est : « qui est celui ou celle qui a inventé cette tradition que l’on essaye de nous faire manger à toutes les sauces chaque fin décembre ? »
Si, comme moi, vous n’écoutez cela que d’une oreille inattentive, sachez tout de même qu’il y a peu de chance que la coutume prenne fin car elle perdure déjà depuis l’Antiquité. Merci aux Babyloniens qui essayaient de s’acquitter de leurs dettes auprès des Dieux de l’époque, histoire de démarrer une année d’espoir et sans culpabilité aucune.
Les Romains ont ensuite repris le concept et nos anciens l’ont arrangé pour en faire un rite quasi obligé avant de sauter à pieds joints dans une nouvelle année remplie d’inconnu.

L’an dernier, 1er janvier 2017, j’ai démarré l’année en prenant pour objectif de remplir de joyeux moments un gros bocal de cuisine. Plusieurs semaines avant, j’avais terminé la lecture de 3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber et d’un paquet d’autres livres de développement personnel, comme vous le savez déjà si vous avez lu mon post sur La lecture et la psychologie positive.
J’avais bien aimé l’idée, pas trop contraignante, de prendre 20 secondes tous les soirs pour noter sur un petit bout de papier la chose ou l’événement qui avait pu me mettre particulièrement en joie dans la journée. Et, début 2018, d’ouvrir ce bocal en verre qui s’était inlassablement rempli de belles choses pour nous rappeler que l’année précédente avait été sacrément sympa avec nous. Malgré tout. Il parait que c’est cela voir le verre à moitié plein.
Ici, le bocal était plus que bien rempli. Mais pour être tout à fait honnête, je n’ai pas encore ouvert les petits papiers un à un. Sûrement un brin de nostalgie et le temps qui défile depuis les premières heures de 2018. J’attends le moment opportun pour me poser tranquillement, un bon verre de Côtes du Rhône à la main, et sourire à l’idée de ces journées passées.

Cette année encore, pas de bonnes résolutions. J’ai juste décidé de profiter au maximum de cette vie de nomade digital que je me suis octroyée, non sans risques mais avec beaucoup de certitudes et d’intuition. En plus des rires, du bonheur et de la santé pour tous, c’est la seule chose que je me suis souhaitée quand les aiguilles de l’horloge ont passé minuit. Pour le reste, Mektoub, Let it Be, comme disaient les sages. Moi, je dis : « Fais confiance à ton nez et tu verras bien… »

Et si j’avais imaginé que ce carnet de voyages, reçu en cadeau par mes parents, allait se remplir plus rapidement qu’espéré et sonner le 1er départ d’une série que j’espère très longue, j’aurais déjà commencé à faire mes bagages. Mes premiers bagages de l’année pour le vrai pays des sages : L’inde. Et eux ils diront quoi à votre avis ?

Alors dîtes Adieu aux bonnes résolutions et oui aux Rêves et à l’Espoir.  Il n’y a pas de limites pour ces concepts-là !  Bien qu’ils ne soient pas des coutumes établies universellement, ils devraient être reconnus d’utilité publique. Alors fichez un gros coup de pied à ces résolutions que vous vous êtes imposées !
Souriez, rêvez et sautez dans le vide. 

Initiatives joyeuses

Initiative Joyeuse : Le carnet de rêves 23heures59editions

carnet-projets-23H59
views
1375

Il y a quasiment une année maintenant, l’idée de créer ce blog me venait. Je m’étais donné pour but d’en faire un espace positif prônant la culture de la joie pour vivre mieux. Je voulais aussi un espace qui mettrait en lumière les belles actions qui sont faites au quotidien pour voir la vie en plus joli. Actions qui sont souvent passées sous silence entre deux vidéos de chats sur le net et trois faits divers aux infos. C’est en scrollant le feed Instagram de Valérie Tribes, que je suis tombée sur le carnet de rêves 23heures59éditions et j’avoue qu’en bonne « marketeuse » que je suis (on ne se refait pas…) je suis restée un moment à m’interroger sur le nom de ce carnet d’un nouveau genre. A peine quelques jours plus tard, ce carnet m’est apparu à nouveau par l’intermédiaire d’Anne-Solange Tardy qui est la première blogueuse que j’ai suivie avec Cachemire et Soie, et qui titilla l’envie de me lancer dans l’aventure d’un blog. Nous étions alors en 2010.

Comme je ne crois pas au hasard mais plutôt aux signes et que je n’écoute que mon intuition, ce fut le déclic.  Je me suis dit qu’il était temps d’aller voir un petit peu plus loin. Voir ce qui se cachait derrière ce nom improbable. Et j’eus bien raison ! Les choses arrivent toujours à temps, quand elles doivent arriver, au bon moment. Et croyez-moi il n’y a pas de hasard si j’ai découvert le carnet de projets à un tournant de ma vie professionnelle. Les gens qui parlent le même langage se retrouvent toujours à un moment donné…

Premier postulat : ce carnet de projets 23h59 va vous aider à REALISER VOS RÊVES ! Rien que ça ! Car oui, rien n’est impossible à qui le décide. En plus de toutes les aptitudes à cultiver dans cette quête, il y a aussi une méthodologie qui est donnée et une façon de voir les choses à mettre en place pour ne pas se perdre en route.

Ne pas se détourner de ses convictions enfouies tout au fond de soi pour avancer bien droit, prendre le recul nécessaire pour écrire son futur méthodiquement comme l’on pourrait faire un tableau de visualisation imagé, avancer, parfois relancer les dés, avancer, avancer…
Le carnet de projets d’Anne Humbert a été conçu comme un compagnon idéal qui vous soutient au quotidien. Par le biais d’un programme personnel d’exercices et d’idées inspirantes il vous donne rigueur et patience pour aller au bout de vos projets, quels qu’ils soient et sans jamais flancher.

 

◊◊◊◊◊◊

carnet de rêves 23heures59éditions

  • Anne, peux-tu nous dire comment l’idée de ce carnet de rêves est venue à toi ? Quelles ont été tes motivations premières pour le développer ?

Je suis quelqu’un qui a toujours envie de mettre en place de nouveaux projets, j’adore impulser de nouvelles choses.
Mais comme tout le monde, j’ai aussi mon lot de projets restés au fond d’un tiroir. Il y a deux ans, j’en ai eu assez, j’ai décidé de changer de manière de faire et de me donner les moyens d’aller au bout de mes objectifs. Pour cela, j’ai commencé à me documenter pour connaitre le secret de celles et ceux qui n’abandonnaient pas leurs rêves. J’ai découvert des méthodologies intéressantes, mais surtout très efficaces, du côté de la psychologie positive et du management et même certaines issues d’enseignements plus spirituels. Comme tous ces enseignements alimentent mon quotidien depuis longtemps, j’ai décidé de développer ma propre méthodologie et de créer un carnet de projets pour aider d’autres personnes à aller, elles aussi, vers ce qui est important à leurs yeux, simplement et dans le plaisir.

 

  • Pourrais-tu résumer en 3 mots ton concept ?

Le carnet de projets est un planificateur de rêves ! C’est un compagnon de route, un carnet de rêves, pour réussir à atteindre ses objectifs personnels et professionnels. On s’aperçoit en l’utilisant que c’est notre meilleur allié pour obtenir ce que l’on souhaite, et qu’il est un formidable booster !

 

  • Une anecdote à partager avec nous dans le développement de ton carnet de rêves ?

J’ai mis beaucoup de temps à sortir mon carnet de projets alors qu’il était prêt depuis un moment déjà. Comme beaucoup de personnes qui décident de changer, j’avais peur… Et c’est en découvrant qu’une marque était en train de me devancer, que j’ai mis les bouchées doubles. Je raconte tous les bienfaits de la concurrence dans l’article Rebondir face à la concurrence sur mon blog.

  • Au vue de l’engouement de la papeterie et des différentes marques qui se développent sur le net ou sur des plateformes comme Etsy, comment fais-tu pour faire connaitre ton carnet ? Où peut-on le trouver ?

Je suis ultra présente sur Instagram où je raconte les coulisses de mon quotidien d’entrepreneuse. Pour se procurer mon carnet de projets, il y a bien entendu mon site 23heures59editions, mais aussi trois points de vente à Paris : L’atelier Nota, Lancryer et le Tigre Yoga Club, et j’espère que ce n’est que le début !

 

  • Qu’est-ce qui t’inspire au quotidien ?

Je suis en fait très inspirée par les deux autres membres de ma famille : mon mari et mon fils. Ils ont tous deux une volonté sans faille dans tout ce qu’ils entreprennent et ne lâchent jamais rien ! La barre est haute avec ses deux-là, mais ils sont aussi mais meilleurs supporters ! On forme une chouette équipe !

 

  • As-tu d’autres projets de développement pour 23h59 éditions ?

23 heures 59 éditions est en plein développement, mon objectif est de sortir d’autres carnets de méthodologies adaptées à d’autres domaines comme le bien-être, les finances, la créativité… A moyen terme, j’espère créer un carnet de rêves pour chaque heure de la journée ! Je collabore aussi avec des marques en personnalisant des carnets dans leur univers.

 

  • Venons-en à la question qui me turlupine et qui m’a poussée à découvrir ton beau projet….Pourquoi ce nom ? Il se cache quoi derrière ?

Ce titre symbolise le pont entre aujourd’hui et demain, cette minute de tous les possibles. Cela représente aussi la nuit, le moment où l’on pense à sa journée et où l’on construit déjà son futur dans sa tête. C’est aussi un clin d’œil aux éditions de minuit 🙂

 

  • Quelque chose à rajouter ?

Merci de mettre en avant le carnet de projets, car je sais qu’il apporte beaucoup aux gens qui l’utilisent. Je serais donc ravie si de nouvelles personnes peuvent le découvrir grâce aux Initiatives Joyeuses.

Encore une belle action à mettre au compte des ♥ Initiatives Joyeuses ♥

Et si vous êtes convaincue Anne a gentiment instauré un code de réduction pour que vous puissiez acheter votre carnet de projets…Utilisez le code initiativesjoyeuses sur l’e-shop de 23heures59édtions et c’est parti pour cogiter pendant tout le weekend 😉

 

un carnet de projets pour planifier ses rêves

carnet 23h59editions

Le Bien

Lecture et psychologie positive

chat-noir-bibliotheque
views
876

Suite à mon post concernant les bienfaits de la lecture, une lecture curative en somme, vous avez été plusieurs à m’envoyer des messages pour connaître « ma » liste de lecture et plus précisément celle qui traite de psychologie positive. Celle qui m’a été bénéfique pendant les quelques mois d’hibernation et de maturation qui ont passé. Pour être tout à fait honnête, je me suis posée la question de comment vous transcrire quelque chose qui ne soit pas une suite de livres fade et sans intérêt. Car la liste est longue, vraiment longue.
Je me suis donc décidée à traiter la chose comme une série à plusieurs épisodes, dans laquelle vous pourriez piocher en fonction de vos préférences.  Cette suite de posts suivra tout bêtement l’ordre chronologique de mes découvertes et je vous ferai un focus uniquement sur certaines d’entre elles avec ensuite une liste d’autres ouvrages pour approfondir le sujet si vous le désirez.

C’est donc bien normal que je commence cette série des livres avec des lectures plutôt orientées développement personnel.
Comme je vous l’avais expliqué, mon envie subite de me « nourrir » à nouveau s’est matérialisée par le besoin pressant d’ingurgiter un maximum de connaissances à un moment de ma vie où je n’avais que le sentiment désagréable de stagner dans une dynamique négative et donc de couler. M’ouvrir à d’autres idées m’a alors permis d’entreprendre un voyage insensé qui ne cesse de m’étonner car les chemins ne sont jamais droits. Soyez-en convaincus !

C’est lors d’un weekend dans la campagne normande, pour me « changer les idées », comme mes amis avaient eu la délicatesse de dire, que je suis tombée totalement par hasard sur le best-seller de Florence Servan-Schreiber qui fut le point de départ incontestable de mes pérégrinations. Le point de départ d’une envie irrépressible de creuser à la manière d’un scientifique ce que j’allais découvrir dans le bouquin de cette fervente disciple de Martin Seligman. J’étais arrivée pour 4 jours de repos complet sans réseau, avec pour seuls compagnons de lecture quelques numéros du magazine Happinez dont je venais de découvrir l’existence. Je crois que j’étais donc dans de bonnes conditions, prête à accueillir autre chose…
 

3 kifs par jour – Florence Servan-Schreiber

Florence Servan-Schreiber s’est initialement formée à la PNL et en a fait son premier métier en inculquant cette technique aux employés dans les entreprises. C’est en 2009 qu’un séisme professionnel l’a obligé à changer de voie pour se former à la psychologie positive en suivant les cours du Tal Ben-Shahar. Elle décide alors de se diriger vers la positive attitude dans ce livre intitulé 3 kifs par jours.
Elle nous y apprend comment nous sommes constitués et aussi conditionnés pour être acteur passif ou actif de ce qui nous arrive. On découvre avec simplicité ce qui se passe dans notre tête et comment on peut appréhender ou redouter les choses de la vie. Toutes les découvertes qu’elle a faites sont racontées au fur à mesure qu’elle en eut fait elle-même l’expérience en changeant de voie. La reconsidération de sa propre vie a pris une telle ampleur qu’elle en a fait son métier pour inculquer à nous tous des trucs et astuces afin d’apprendre à voir le verre toujours à moitié plein. Astuce toute bête avant de vous coucher, obligez à penser à 3 choses qui vous ont donné le sourire, volé un moment de joie ou même totalement comblé. C’est une gymnastique assez intéressante à mettre en place pour s’endormir sur une bonne note et l’obligation de dédramatiser des situations qui ne sont souvent pas si graves quand on arrive à prendre du recul et à rééquilibrer le dosage du « plus » et du « moins ».


Power patate – Florence Servan-Schreiber

Dans cette autre livre du même auteure, elle se concentre plus sur la recherche des caractéristiques positives qui nous constituent et comment les utiliser pour en faire des forces. Même si beaucoup de choses de son premier opus sont reprises, ce qui est logique puisque la théorie reste la même, il est assez intéressant d’avoir une vision de l’humain envisagé par rapport à ses forces et non pas ses faiblesses et/ou névroses.
C’est finalement le principe-même de la psychologie positive. Concentrer les études neuroscientifiques sur le positif plutôt qu’analyser la personne dans sa douleur.

 

Choisir sa vie – Tal Ben-Shahar

Le mentor de Florence Servan-Schreiber a écrit toute une ribambelle de livres sur cette spécialité qu’il enseigne à tant de personnes. Il est vrai que face aux rayonnages portant son nom c’est plutôt difficile de choisir. Pour ma part, avec le souci de ne pas souhaiter retrouver ce que j’avais déjà pu lire auparavant, je me suis orientée vers le titre évocateur de « Choisir sa vie ». 
Face à 101 situations simples de la vie de tous les jours, il nous démontre que nous avons deux choix précis : orienter le curseur du côté positif ou bien du côté négatif. Tout est donc question de perception et encore de positionnement face à la réalité.
Le positionnement c’est un aspect que nous aurons l’occasion de revoir, je pense plusieurs fois, sur ce blog. Je crois que si j’avais orienté mes études vers la psychologie (idée qui bien évidemment m’avait traversé l’esprit à une époque), j’aurais pu passer des années de recherche sur cette thématique cruciale dans les relations humaines et si vous y réfléchissez bien, qui peut s’étendre à environ toutes les problématiques majeures de notre société actuelle.
Pour revenir aux situations qui sont abordées dans le livre, laissez-moi vous donner un exemple concret : « Fuir les challenges – ou – S’engager à surmonter les obstacles. »
Tout un programme…

 

A million Miles in a thousand Years : How I learned to live a better Story – Donald Miller

Je termine avec ce livre autobiographique d’un chemin personnel vers la découverte du bonheur. Cet ouvrage m’avait été conseillé il y a plus d’un an par un ami cher de plus de 10 ans rencontré pendant mes années fastes de vie au UK. J’ai plaisir à penser que cet ami avait décelé avant moi certaines faiblesses pour m’orienter, avec toute la bienveillance et la délicatesse qui le caractérisent, vers cet ouvrage, best-seller anglo-saxon incontestable.
Donald Miller y raconte comment il a donné une seconde chance à sa vie après un succès littéraire qui lui fit perdre la tête jusqu’à ne plus se lever de son lit. Le succès lui ayant fait perdre tout intérêt, c’est le coup de fil de deux producteurs de film qui le relève et le révèle pour de bon. En parcourant son existence de long en large pour donner forme au film sur sa propre vie,  il fait alors face à des révélations majeures sur la beauté de l’ordinaire, sur la beauté de la Vie en soi.

La liste est encore longue mais voici déjà quelques pistes, quelques outils, quelques « cannes ».

Et vous quels sont vos secrets pour aller bien ?

Vous activez quel(s) pouvoir(s) magique(s) ?


 

Pour approfondir :
Les fabuleux pouvoirs de la psychologie positive – Yves-Alexandre Thalmann
La fabrique du bonheur – Martin Seligman (le père de la psychologie positive)
Les 4 saisons de la bonne humeur – Michel Lejoyeux (si si c’est vrai, c’est bien son nom…)
Vivre la psychologie positive – Martin Seligman
Et n’oublie pas d’être heureux, Abécédaire de psychologie positive – Christophe André

 

 

Le Bien

Joie et bonne humeur avec The GoodMood Class

the-good-mood-class-lyon
views
1381

Bonjour,

J’espère que tout le monde va bien.
En tout cas aussi bien que moi après samedi dernier. J’ai en effet participé à une classe de la bonne humeur à l’hôtel OKKO à Lyon. Si, si, c’est possible et c’est gracieusement mis en scène par The Good Mood Class et Chill in Peace.
Une classe orchestrée et organisée par la magnétique Sophie Trem du blog The Other Art of Living dont je vous avais parlé ici, et aussi par sa joyeuse équipe, amis et famille, tout aussi fringants et sympathiques qu’elle.

Sophie se concentre sur le positif et essaye d’insuffler cette belle attitude à tous ceux qui veulent bien la suivre. Elle est une philanthrope pleine d’énergie qui explore, teste, se trompe, réadapte et qui, finalement, suit son intuition. Elle croit au pouvoir du corps, aux énergies positives que l’on sème au quotidien et qui reviennent à nous comme un boomerang et à plein d’autres choses toutes aussi positives et incroyables. Bref, elle et moi, on parle le même langage.

Je me suis retrouvée à Lyon, un peu sur un coup de tête, après des échanges avec elle lui expliquant ma déception de ne pas pouvoir être de la partie et elle m’a finalement lancé un provocateur : « Bah t’as qu’à venir ! » Mais c’était vrai après tout !
Ni une ni deux, ne suivant que mon intuition et je dois avouer que ça me réussit pas trop mal, j’ai booké un weekend à Lyon, faisant une pierre deux coups histoire de profiter également de mes amis et de ma famille lors de cette escapade hors de Paris.

Bon et sinon, à part ça, c’est quoi la « GoodMood class » ?
Comme son nom l’indique c’est ni plus ni moins un moment de partage de bonne humeur et de plein d’astuces à utiliser au quotidien pour toujours utiliser le filtre rose, si cher à la psychologie positive. Sophie a eu l’idée de créer ces sessions à l’occasion du dernier anniversaire de son blog et le concept ayant sacrément plu sur Paris, toute la joyeuse bande s’est lancée dans l’idée d’exporter l’event.

Pour être tout à fait honnête, j’ai préféré me laisser surprendre et ne pas regarder la vidéo de promo de la première session. J’aimais déjà à 100% l’idée donc autant garder la surprise jusqu’au jour J. Et je n’ai pas été déçue. Les intervenants et les mots de chacun ressemblaient exactement à ce que j’avais imaginé.

Une fois les présentations passées, tout le monde a commencé à se sentir un peu plus à l’aise…sûrement soulagé de ne pas passer l’un après l’autre debout face à l’auditoire comme lors de nos pires moments d’adolescence. Si vous voyez de quoi je parle.

Bien installées sur nos poufs tricotés Westwing qui ont donné lieu à une bataille en règle à la fin de la session pour savoir qui repartirait avec lequel en plus de tous les cadeaux des autres partenaires, la classe a finalement commencé avec un petit concert bien sympa des Bad Stories. Histoire de bien mettre tout le monde dans les bonnes vibes de la musique, qui, comme on le sait tous, produit l’atmosphère idéale à la sensation de bien-être. Et oui, c’est magique !

Après différents interludes de Sophie qui a expliqué son chemin de vie et vers quoi elle tendait, grâce à quoi et parfois aussi grâce à qui elle y arrivait, ce fut au tour de Laure, libératrice de génie, de nous parler de son business qu’elle a génialement appelé Les Aventurières.
En véritable coach de vie, elle nous a relaté sa propre expérience, et par ses mots elle a voulu nous convaincre que chaque femme est capable. J’espère bien que vous, lectrices de ce blog, vous en êtes convaincues !
Laure accompagne donc chacune des femmes qui souhaitent se lancer dans l’aventure excitante de l’entreprenariat à croire en elles. Gros boulot en perspective car nous ne sommes pas toutes (et tous !) dotés du même super-pouvoir de la confiance en soi.

C’est ensuite Keren’O qui est intervenue et qui a, outre les interventions personnelles de Sophie, résonné le plus en moi. Après une brève introduction personnelle, Keren s’est attardée sur la technique de Rolfing , technique d’optimisation posturale inventée par Ida Rolf.
Chacun s’est levé et a essayé de prendre conscience de sa façon de se tenir verticalement dans l’espace. Sportive et danseuse, je peux vous dire que la notion de corps dans l’espace est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Je suis toujours attristée de voir combien de personnes n’ont aucune conscience de leur corps et comme elles sont déconnectées et uniquement régies par leur mental qui n’est pas toujours notre meilleur ami, loin de là.
Tout serait tellement plus simple si l’enseignement de la vie commençait par ça !

Keren nous a montré la meilleure inclinaison de la cage thoracique et de la tête pour avoir symboliquement la vue à la bonne hauteur et pour que la respiration, qui, je le rappelle, est notre moteur principal, puisse s’effectuer sans difficulté et sans aucun frein postural.
A partir du moment où le groupe a commencé à se mouvoir dans l’espace avec plus de facilité, l’énergie est montée d’un cran et les peurs de chacun ont commencé à se dissiper.

Transition idéale pour terminer cette session lyonnaise avec un moment de partage en dansant, obligé de lâcher son corps et d’être à l’aise avec soi et les autres.
En suivant juste le prof de danse idéal, Zakadit, dont la devise est « Créatif tu seras ! », danseur contemporain/ragga le soir et tricoteur et DIYeur le jour dôté d’une coupe afro et d’une grande banane communicative. En tout cas un Zakadit qui semblait avoir un paquet d’afficionados dans la salle. Pour ma part je ne le connaissais pas et ce fut une rencontre pleine de sourires, comme les 3h passées en la compagnie de ce joyeux groupe, procurateur de good vibes.

Le temps d’un thé et de faire plus ample connaissance avec certaines et la session lyonnaise de la Good Mood Class pouvait remballer en espérant pour vous qu’elle s’arrête un peu partout ailleurs pour venir à votre rencontre également. Bref, la #régalade.

 

Morale de l’histoire : Suivez TOUJOURS votre intuition.
C’est la seule à savoir.

 

the_other_art_of_living_okko

mantras_theotherartofliving

sophie_trem

happiness_mantra