Le Bien

Relancer les dés et être bien

photo-thailande-mer

En ce moment, autour de moi, il y a un mouvement infini.

Il paraît qu’en astrologie nous sommes à la fin d’un cycle qui a pas mal chamboulé. Ca bouge encore un peu histoire de bien remettre tout en place pour démarrer un nouveau cycle. Vous en êtes là vous aussi ?
En tout cas dans ma sphère, qu’elle soit personnelle ou professionnelle, c’est ce qui se passe et ça balance pas mal. Certains quittent tout pour faire le tour du monde, d’autres disent stop à quasi vingt ans de marketing endiablé, ou d’autres encore ne s’y retrouvent plus et cherchent encore. En tout cas chacun à leur manière, ils sortent de leur zone de confort pour rebattre les cartes et trouver une partie qui leur sied mieux.

Lorsque je vous racontais, dans le post La lecture cette tendre amie, qu’il y a certaines prises de conscience qui vous permettent de faire le point et certaines de changer carrément de chemin, je voulais en venir à cela. Je ne sais pas si ce thème est générationnel et ne touche que cette fameuse tranche de la population appelée Y, génération Y dont je fais partie. Nous avons connu le Avant-Internet, la naissance d’Internet et nous sommes déjà si éloignés des Millenial qui sont nés dedans…Sociologiquement parlant, le sujet est grandiose.
Ca ressemble à une petite crise de la quarantaine en avance. Une crise qui aurait des contours digitaux et qui se baladerait pour toujours dans des montagnes russes. Il n’y a plus de station terminus. On est en mouvement, chassant l’instabilité et y retournant sans cesse. Gare à celui qui aime le confort plan-plan. Mieux vaut aimer le changement et ne pas craindre l’instabilité. Notre génération doit composer avec des acquis, des valeurs et une éducation reçus durant une période qu’on appelle déjà le siècle dernier et les adapter à une société qui n’est déjà plus celle pour laquelle nous avons été préparés.

C’est une conversation qui revient souvent autour de moi. Pas toujours sous la même forme, avec des personnes de milieu et d’expériences différentes et pourtant avec la même conclusion. Une conclusion banale et terre-à-terre : on a perdu le fil, alors il est temps de ralentir, de réaligner et d’être bien.
Avec quelques décennies dans les dents, on fait un petit bilan et on voit mieux toutes les perspectives. Celles de derrière et celles qui nous tendent les bras pour la suite. On comprend mieux la structure, les tenants et les aboutissants de ce concept qui s’appelle « Vie ». Et il y a alors une volonté de relancer les dés en se disant « Eh oh maintenant c’est bon. Stop tout ça ! L’ego, les titres ronflants, la société qui va trop vite, j’aimerais juste « être bien ». Bref il faut composer.

On peut y aller à coup de Hygge, de slow life, de yoga, de Respire, de Happinez, de Psychologies Magazine, de méditation, de voyages initiatiques, de vote insoumis, de « je quitte tout et je pars m’installer dans les montagnes (russes ?) », de detox digital, de jeûne, de développement personnel, de smoothies en tout genre, de consommation équitable, de blog qui sentent bon les initiatives joyeuses….bref on compose. Chacun à sa manière.

Personnellement j’ai relancé les dés en me disant que je m’étais trompée de route professionnelle. J’ai fait le point sur ce qui me faisait rêver quand j’étais plus jeune en y donnant le crédit que cela méritait et j’ai comparé le tout avec l’endroit où j’étais à un certain « Instant T ». 
A ce moment-là je ne me suis pas dit que je m’étais trompée ou que j’avais échouée. Je ne voulais juste plus travailler pour la futilité dans le seul but d’avoir un salaire confortable pour accumuler, mais plutôt mettre mes capacités au service de choses qui me font vibrer si possible en faisant le Bien. J’ai aussi compris que ce n’était pas parce-que l’on était bon dans quelque chose que ce quelque chose était forcément fait pour nous ou du moins fait pour toujours. Que l’on appartient pas à une seule case et qu’il faut défendre cela avec force et vigueur. 
J’ai aussi compris que c’était peut-être les dix dernières années qui m’avaient donné la force de recommencer et la maturité nécessaire pour m’assumer en tant que « Moi, je ». Donc, Non, il n’y a pas d’échec parce-que tout ce que l’on apprend nous sert, toujours. A un moment ou un autre on en a besoin et c’est bien là toute la magie des choses. Que Mandela était visionnaire quand il disait : « Je ne perds jamais, soit j’apprends soit je gagne ».
Bref j’ai appris, j’ai pris conscience, j’ai réajusté en relançant les dés et j’ai déjà gagné.

Et vous, vous avez relancé les dés ?

Audrey
written by: Audrey

2 Comments

  • Oui rien n’est perdu, l’expérience apporte toujours un plus, il faut savoir prendre le recul nécessaire, réajuster et garder le meilleur pour poursuivre LA vie !!

Leave a Comment

Inscris-toi à la Happy Dose mensuelle et reçois la checklist
pour "Voir la vie en plus joli"

Merci et à bientôt !

Ooooops, erreur !