septembre 2017

Le Bien

C’est quoi le Psycho – Feng Shui ?

salon-audrey-mills
views
274

Il y a quelques semaines, j’ai été chanceuse. On m’a fait rencontrer Carole Pillet, thérapeute qui a eu la bonne idée de méler l’art du feng-shui à la psychologie. Au début, quand on m’a parlé de feng-shui dans mon appartement que j’ai entièrement fini de décorer il y a à peine 1 an, j’étais plutôt réticente à l’idée de tout changer si je m’étais complètement plantée niveau déco. Finalement je me suis dit qu’il serait intéressant d’avoir le retour d’une experte. Et comme je suis une éternelle curieuse, je voulais absolument découvrir cette nouvelle technique de développement personnel appelée Psycho-Feng Shui

 

Le Feng-Shui c’est quoi ?

Vous l’aurez compris j’ai donc un peu revu ma copie avant de placer un premier rendez-vous avec Carole pour qu’elle vienne décortiquer mes deux intérieurs, en l’occurrence le mien (merci la psychologie !) et celui de mon appartement (vive le feng-shui !). J’ai lu avec attention le communiqué de presse que j’avais reçu histoire de savoir dans quoi je m’embarquais. Même si en ayant bossé dans la décoration, je croyais avoir quand même quelques notions concernant le feng shui. Que nenni !
Oubliez tout ce que vous savez et tout ce que vous avez lu sur le Feng Shui car vous êtes comme moi, victimes de la banalisation de cet art millénaire qui, au fil des décennies, a tellement été vulgarisé qu’il en a perdu tout son sens.

Le Feng Shui est une façon de vivre, un exercice de bien-être qui consiste à laisser circuler les énergies. Cette technique orientale est associée de la même manière à d’autres savoir-vivre tels que le yoga ou encore l’acupuncture. Le Chi est au centre de tout. Cette énergie cosmique qui régit nos sens, nos ressentis, notre intuition doit circuler et il faut l’optimiser de la meilleure manière qu’il soit pour en tirer tous les bénéfices au quotidien.

Bien plus qu’une simple approche de décoration intérieure qui nous dirait quelle couleur associer avec quel matériau, le Feng Shui se base tout d’abord sur la carte de votre appartement. 
Pour cela il faut connaître la date de construction du lieu. Me concernant ce fut le parcours du combattant entre les Archives de Paris et les appels à différents architectes. En effet nous avons découvert, après multiples péripétie, que l’immeuble a été construit avant l’ouverture de la rue…C’est finalement la date de la relève des 1ers impôts de mon immeuble qui a permis à Carole de définir cette date.

Sans cette date de construction, il est difficile d’établir une carte car comme vous vous en doutez, selon les dates rien n’est identique et tout cycle est different. Pour ceux qui sont dubitatifs pensez bêtement à nos anciens fermiers qui, avant, ne se référaient qu’aux calendriers lunaires et aux mouvements cosmiques.
Une fois la date récupérée, j’ai dû fournir le plan détaillé de l’appartement et Carole a pu calculer le degré d’inclinaison de la façade et de la déclinaison magnétique.

Ces informations permettent de définir les huit différents secteurs énergétiques du lieu. Cette technique est la seule qui révèle le véritable Feng Shui traditionnel et qui agit sur un site : elle est appelée la technique des étoiles volantes et lorsque l’on s’appuie sur ce qu’elle vous dit, il est alors possible de ré-énergiser le lieu en conséquence en apportant les modifications nécessaires.

 

Concrètement ça se passe comment une analyse de Psycho-Feng Shui ?

Il y a maintenant quasiment un mois, Carole est venue une première fois chez moi.
Cette première séance a pour but de présenter le lieu et également de faire un point sur des blocages ou des réticences que l’on rencontre dans sa vie. Ceci, vous l’aurez compris c’est la partie « Psycho ».
Carole qui est une thérapeute vous écoute attentivement et sait déceler les petites zones d’ombre qui nécessitent d’être mises en avant pour les éradiquer. 
Pour celles et ceux qui n’ont jamais suivi de thérapie, pas de crainte. Ici il ne s’agit pas d’une psychothérapie qui vous fera sortir la boite de mouchoirs au bout du premier quart d’heure. A vous de laisser aller ce que vous souhaitez donner, à vous de trouver le juste équilibre entre ce qui doit être dit et ce qui doit rester enfoui pour tirer au maximum les bénéfices d’une telle pratique.
Dans un second temps et après avoir fait connaissance avec la thérapeute, arrive la visite des lieux qui va permettre de « sentir » l’espace et d’analyser son agencement.
Cette première séance dure en tout et pour tout deux grosses heures et vous vous rendez au compte au final que Carole a un don pour vous faire parler…ce qui aidera par la suite puisque votre thème chinois sera également analysé pour le mêler au feng-shui. Chacun sa carte !

La suite de l’analyse au prochain épisode…

 

En attendant vous pouvez consulter la chaîne Youtube de Carole qui démocratise la psychologie. Elle y interroge des thérapeutes et experts sur différents thèmes afin de rendre cette science si utile accessible au plus grand nombre.

 

décoration de salon avec affiches en mode feng shui

salon côté TV

le dictionnaire amoureux de l'inde

Oeufs et épices dans la cuisine

Dressing dans la chambre

coiffeuse avec bijoux dans la chambre

bouquet dans la salle de bains

 

Le Bien

Les lectures de l’été pour mieux buller

livre-et-tasse
views
1126

Vu le temps que nous avons sur Paris depuis mon retour de Barcelone début septembre, j’essaye tant bien que mal de prolonger l’été. Prolonger l’été autant dans le style que dans les activités. Vous savez, ces activités d’été qui font un bien immense une fois allongée à buller sur le sable. Concernant la mode, avec les 14 degrés ambiants, on repassera pour les gambettes à l’air.
En revanche, continuer le rythme effréné des lectures de l’été mais plus en mode « automne life » c’est un loisir beaucoup plus simple à entretenir. J’ai pas mal de lectures à vous détailler pour faire suite à l’article La lecture, cette tendre amie mais pour l’heure je voulais faire un petit point sur les livres qui m’ont accompagnée tout au long de ces dernières semaines. Parce-que, mine de rien, c’est quand on ne fait rien que l’on revient à des activités slow Life. Prendre le temps c’est quand même la base de l’art de vivre, vous ne trouvez pas ?

Loin de moi l’idée de me présenter en critique littéraire, chaque avis détaillé ci-dessous n’est que l’interprétation d’un ressenti au gré de pages souvent très personnelles.  Face au travail si riche d’un auteur qui a mis tant dans son oeuvre, je me garderais bien de juger le style.
 

La tresse – Laetitia Colombani

Ce premier livre m’avait été conseillé par une amie avec qui je pars bientôt en Inde. Forcément il y avait une certaine résonance derrière cette recommandation d’autant qu’elle est elle-même d’origine indienne et très sensible à la cause des femmes. Un samedi matin alors que j’aime bien flâner, notamment dans les librairies, je me suis retrouvée par hasard face à la couverture. cette couverture jaune qui m’a sauté aux yeux. Comme je crois fort aux signes, j’ai tendu le bras et je suis repartie avec.
Le livre se lit d’une traite et on a envie de comprendre comment la vie de ces trois femmes se mêle. C’est finalement assez tard dans le récit que l’on découvre le fil rouge.
Les trois histoires qui ont pour paysage trois continents différents m’ont chacune réveillé quelque chose pour diverses raisons.
Bien que j’ai trouvé l’écriture plutôt simpliste, je comprends aisément pourquoi ce livre est devenu un best-seller en si peu de temps, notamment pour une lecture d’été toute en légèreté. L’histoire est attachante mais je ne classerais pas ce livre dans ma catégorie « best » même si ce fut un bon moment.

 

L’interprète des maladies – Jhumpa Lahiri

Alors là on est tout de suite sur un autre registre. Déjà, je dois avouer qu’en matière de littérature contemporaine j’ai toujours été plus réceptive à la littérature étrangère. Sûrement une déformation dûe à ma formation classique. J’adule tellement les grands auteurs français que je trouve souvent fades nos contemporains. 
C’est donc en commençant à préparer notre voyage en Inde, que j’ai découvert par hasard cette auteure lauréate du Pulitzer en 2000 avec L’interprète des maladies. 
Le livre est composé de 10 nouvelles qui s’emploient particulièrement à décortiquer la psychologie de ces personnages souvent déracinés, perdus et en même temps fortement à l’équilibre entre leurs racines et le nouveau pays qui les a accueillis. Forts et faibles en même temps, l’auteure tourne autour de ces vies qui sont analysées avec empathie dans des récits courts et vibrants de vérité.
Riche en couleurs et majestueux dans l’analyse. Tout ce que j’aime !
 
 

Ta deuxième vie commence quand tu comprendras que tu n’en as qu’une – Raphaëlle Giordano

Cet opus de Raphaëlle Giordano est le livre curatif par excellence pour rêveurs chroniques en quête de bonheur. Ce petit livre hyper-facile fait partie de cette nouvelle catégorie de romans type « développement personnel » en mode romancé. Comme je suis friande de développement personnel, je ne vais pas lancer la pierre à ce genre qui essaye d’intéresser le plus grand nombre.
Le sujet classique d’une quadragénaire qui remet toute sa vie en question et qui veut ficher un grand coup de pied à sa routine menaçante permet de vulgariser le mal de notre siècle : la déprime. 
Ce petit livre contre la routine peut s’avérer être un très bon premier compagnon de chemin pour ceux qui s’intéressent au genre. Pour ma part je m’intéresse à des livres un peu plus aboutis quand cela traite de ce sujet. Je vous avais d’ailleurs fait une première liste dans le post Lecture et psychologie positive.

 
 

Tir aux pigeons – Nancy Mitford

Comme je vous le disais la littérature anglaise est un genre à part entière que je dévore et quand le cadre mèle l’Histoire avec un grand H à cela, je suis ravie !
L’histoire se passe au début de la Seconde Guerre mondiale quand l’héroïne s’ennuie ferme dans le carcan de l’Aristocratie anglaise et rêve d’espions et d’histoires sous le manteau pour se distraire. Le roman est plus une satire de cette « caste » qu’un vrai roman historique mais on se délecte. Bref beaucoup de finesse…à l’anglaise.
 
 

Les femmes de Brewster Place – Gloria Naylor

C’est en lisant une interview d’Oprah Winfrey, qui a produit l’adaptation cinématographique de cette perle, que j’ai eu envie de partir acheter illico ce roman qui dépeint la banlieue afro-américaine des années 70. Au milieu d’immeubles délabrés on fait la connaissance de plusieurs personnages féminins que l’on suit dans leur quotidien pauvre et militant. Les portraits se mêlent et se démêlent dans une écriture délicate avec un style vraiment personnel. 
Si vous vous intéressez à cette période, sachez que ce roman a connu un succès foudroyant lors de sa sortie aux US dans les années 80 et qu’il est revendiqué haut et fort par toute une génération.

 

Voilà pour les lectures de l’été ! Une belle surprise et de jolis divertissement, le cru était finalement pas mal. Et vous ? Vous avez lu quoi et vous lisez quoi en ce moment ?

Le Bien

La fin de l’été

ocean-plage-sable
views
571

Quand vient la fin de l’été, sur le sable…

Je ne vais pas continuer les paroles car je crois que vous connaissez la chanson.

Cela fait maintenant plus de 5 ans que je vis à Paris et à chaque retour de vacances d’été, j’ai la nostalgie de l’élève qui me colle à la peau. Pas celle de reprendre le taureau par les cornes pour avancer vaille que vaille, mais plutôt celle qui me rappelle que l’on rentre tout de go dans une saison qui n’a pas mes faveurs.

Et à Paris, pas de transition en douceur. L’été indien n’est qu’un joli mot qui ne sonne pas très bien vers ici et les rayons du soleil parisien n’ont pas envie de prolonger un bronzage que je me donne pourtant toujours beaucoup de mal à parfaire les quelques semaines où le Sud veut bien m’accueillir à nouveau.

Le dernier bain, l’Au Revoir à la mer en se retournant une dernière fois pour la regarder, la dernière serviette que l’on nettoie de son sable et les jours sans montre, tous deviennent un souvenir lointain, bien trop vite.

Sauf que cette année la fin de l’été et le retour à Paris ne signifiait pas uniquement une rentrée des classes ordinaire mais un réel changement de vie aussi excitant qu’angoissant.
Le deuxième qualificatif n’ayant que peu de prise sur moi, j’ai sauté à grands pieds dans le bain de l’indépendance et de toutes ses surprises.

Il y a plusieurs mois j’avais posté un texte intitulé La lecture, cette tendre amie. Il traitait justement de ce long cheminement personnel et introspectif jalonné d’outils magiques tels que la lecture pour retrouver un alignement avec soi. J’avais volontairement garder la chute pour moi car à l’époque j’étais encore au milieu de négociations et de prospections pour cette nouvelle activité qui m’ouvre grands les bras.

Vous me retrouverez plus régulièrement par ici, à raison de 1 à 2 fois par semaine pour traiter de sujets de fond qui enrichiront la ligne édito de ce blog. Ligne éditoriale que j’ai toujours voulu joyeuse lorsque j’ai créé cet espace. On fera le tour de la vie au quotidien en se concentrant sur le meilleur et toutes les choses qui l’embellissent. Que ce soit des initiatives joyeuses, des pratiques merveilleuses, des livres et des textes de toute beauté, des questionnements pour avancer, des rencontres gaies ou encore des lieux merveilleux. 
Un vrai cocktail de découvertes pour vivre mieux et joyeux.
En soi l’art de vivre des épicuriens.

Chaque fin de mois, il y aura également une newsletter, sorte de condensé des articles qu’il ne fallait pas manquer et une sélection #onlygoodvibes de trucs vraiment sympas que je voudrais absolument partager avec vous. La Happy Dose, catégorie que vous avez pu lire tous les lundis pendant plusieurs mois, sera également intégrée à cette dernière en une version un poil plus pointue.
La newsletter n’étant pas encore installée, vous pouvez, pour ceux et celles qui ne l’ont pas déjà fait, m’envoyer vos emails et je vous intégrerai manuellement dans la liste.
Pas de souci, il y aura de toute façon rappel et box sur le blog directement pour vous inscrire à tout moment dès que ce sera opérationnel !

En attendant, je vous laisse avec ce proverbe qui en inspirera peut-être aussi certains d’entre vous et résume parfaitement cette fin de l’été et cette nouvelle aventure :

 

“Le courage croît en osant et la peur en hésitant.”

Initiatives joyeuses

Initiative Joyeuse : All you need is rose, la box bienveillante

produits-box-allyouneedisrose
views
279

Hello tout le monde, que cet été a passé vite ! 
Le blog a pris une pause pendant plusieurs semaines après un revirement de situation personnelle (revirement préparé, je vous rassure) et le soleil étant plus que présent là où j’étais cet été, je me suis dit qu’une longue pause avant un boulot titanesque à mettre en place était finalement bien méritée.J’ai voulu que cette rentrée officielle soit placée sous le signe de l’espoir. Rien de mieux que de démarrer avec une initiative joyeuse et plus particulièrement celle de All You Need Is Rose.

 

All you need is rose – La Beauty box bienveillante

All you need is rose 🌹 🌸 🌺, est une pépite de bonté comme il en existe peu. Si bien que je crois que je pourrais classer ce post dans à peu près toutes les catégories ici : le bien, le bon, le beau, les joyeux. Une belle action menée par deux femmes pleines d’espoir et de bienveillance qui sont un merveilleux exemple de ce qui m’a amené à ouvrir ce blog.

Isabelle et Céline ont toutes deux étaient touchées de près ou de loin par le fléau du cancer. C’est en faisant le triste constat que l’accompagnement « extra-médical » est si pauvre, notamment pour les femmes, qu’elles se sont décidées à agir et réagir.

J’ai eu le plaisir de discuter un long moment avec Isabelle. C’est ainsi que j’ai pu réaliser les efforts qu’elle et Céline fournissent depuis plus de 3 ans. Avec leur box de produits de beauté et bien-être, elles apportent douceur et dignité aux femmes touchées par le cancer. Une box spécialement conçue pour traverser ce long combat, plus forte et toujours femme. Rappellez-vous je vous en avais déjà parlé dans une Happy Dose ici.

 

logo all you need is rose

 

 

Interview d’Isabelle Régis – Co-fondatrice de la box All you need is rose


Isabelle, comment est née la box All you need is Rose ?

C’est en effet avec l’irruption du cancer dans nos vies, d’une manière ou d’une autre, de près ou de loin, que Céline et moi-même nous sommes posés la question de l’extra-médical. Certes les soins, les spécialistes, les bons établissements, l’amour apporté par les proches sont en général des choses acquises mais qu’en est-il du reste ? On s’est demandé ce que ces femmes aimeraient recevoir pour lier l’utile à l’agréable, pour maintenir l’estime de soi et rester une femme. en tant que telle. Bref, continuer d’être regardé avec douceur.

Céline, travaillant déjà comme rédactrice en chef du magazine Rose et moi-même avec une longue carrière dans l’industriel et le business, sommes très complémentaires. Nous avons pensé que d’une manière ou d’une autre nous pouvions être utiles à ces femmes.
C’est ainsi que l’on a décidé de lancer une box de produits de beauté et de bien-être pour accompagner les femmes le temps de cette épreuve et aussi lors de la période « post-maladie ».
 

Concrètement comment se passe la conception d’une box ?

Nous lançons 2 boxs par an qui sont chacune composée de différents produits. En général les boxs sont réfléchies pour répondre à une thématique spéciale. Par exemple la prochaine sera une box plus « Noël » avec une sortie prévue fin novembre.

Chaque box demande environ 6 mois de travail du moment où on la conçoit jusqu’à sa mise en vente. Il faut en effet démarcher les marques qui veulent bien participer, travailler sur le contenu et tout le « print ». Céline est concentrée sur cette partie car nous élaborons à chaque sortie un carnet d’une quarantaine de pages qui mèlent autant des conseils de bien-être à mettre en pratique que la présentation des produits de la box et surtout comment les utiliser pour en tirer le meilleur. 

 
Comment sont choisies les marques présentes dans les boxs ?

Il y a un gros travail de démarchage car tous les produits présents dans les boxs sont des produits donnés par les marques. Donc, bien entendu, il faut qu’elles soient sensibles au projet et qu’elles cultivent une certaine éthique. Elles sont en lien avec la problématique des femmes qui achètent. Par exemple la dernière box contenait des faux-cils Elite Hair, un baume dermo-émollient Bioderma, une lotion réparatrice Guerlain, un soin ongles réparateur Evaux, etc…
Chaque box est vendue 40€ mais la valeur réelle de la box est d’environ 200€. Grâce au mécénat de ces marques il est possible de re-donner accès à la notion de féminité qui est primordiale dans ces moments. C’est très important que la box reste abordable car il faut savoir que la maladie crée une réelle paupérisation, voire une marginalisation, de ceux et celles qui sont touchées. 

Comment se passe votre petite entreprise ?

Cela fait maintenant 3 ans que All you need is Rose a été lancé à raison de 500 boxs par lancement. Tous les bénéfices récoltés par l’achat des boxs sont ensuite reversés à l’association Entreprise et Cancer qui milite et agit pour un retour au travail plus adapté pour les personnes qui ont traversé cette épreuve à un moment de leur vie. 
Depuis 2 boxs maintenant, nous sommes aussi en partenariat avec la clinique Hartmann qui vend elle-même des boxs pour qu’elles soient facilement disponibles. Aujourd’hui nous nous faisons aussi connaître la box par le bouche à oreille avec des présentations du projet dans les grandes écoles afin de sensibiliser les dirigeants de demain, par la presse qui est sensible à notre action et aussi par un réseau d’ambassadrices en province. 

 

◊◊◊◊◊◊

 

J’espère que cette super initiative instaurée par Isabelle et Céline aura suscité votre curiosité que vous soyez sensible de près ou de loin à ce sujet. Malheureusement, je me dois de rappeler que le cancer touche plus de 380 000 nouvelles personnes par an…alors, comme dit ma prof de yoga, « Together Stronger ».

 

 

A très vite xx

 

contenu de la box beauté all you need is rose